• Wade Anatolie

    Nom: Wade

    Prénom: Anatolie

    Âge: 17 ans

    Histoire: Anatolie a une histoire un peu particulière. Il est né dans une famille beaucoup moins agréable que sa nouvelle famille, à la base, ce qui l'a rendu froid et sans pitié. Il faut dire que cette dernière à fait faillite à cause d'une autre famille. Il avait une sœur, plus grande que lui, et l'appréciait beaucoup. Ils s'aimaient mutuellement, se protégeaient, et passaient tout leur temps ensemble. Lorsqu'ils faisaient une bêtise, c'était ensemble. Et pour se faire punir, ils étaient encore lié. Les liens du sang semblaient forts, plus que tout ce qui auraient pu les séparer. Mais quand est-il de tuer? Tuer sauvagement, tuer pour tuer, tuer sans pitié, par envie et simplement pour avoir ce gout sauvage de chair et de sang chaud dans la bouche et sur les mains? Blottis chacun chacune dans une forêt enneigée, elle et Anatolie jouaient à cache-cache. La neige était traitre. Bien sûr, les hivers étaient rudes. Et jamais ils n'auraient pensé à jouer dehors. Mais la dureté de la vie les poussent à se montrer joueurs même devant la mort suicidaire, qui te tend la main sans pour autant attraper la tienne, non. Elle attend que toi-même la dépose dans le creux de sa paume glacée. Anatolie, lui, était caché dans le creux de deux rochers, assit dans l'eau d'une rivière. C'était une cachette inespéré, bien sûr, les pas dans la neige s'arrêtait, et seul moyen de savoir s'il continuaient, étaient de franchir cette rivière gelée. Dans cette forêt silencieuse, et aux aspects parfois accueillant, cette fois-ci mortelle. Le père, alcoolique et drogué, c'était muni d'un fusil de chasse. Cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas utilisait mais, il ne fallait que de bon yeux, de bonnes oreilles tout au plus pour comprendre qu'il n'avait pas perdu la main. Un tir, une balle. La jeune sœur qui hurlait le nom de son frère pour que celui-ci, non pas se sauve et se terre encore plus dans la pénombre de sa cachette, mais qu'il sorte comme un lapin fougueux secourir sa pauvre sœur. Le sang tâchait la neige, tâchait le sol, et pourtant personne ne s'en souviendra. Le sifflement des oiseaux, pourtant si joyeux, c'était éteint dans un écho macabre, une farandole de moineaux qui s'envolent, et le battements de leurs ailes soudains étaient en rythme avec ceux du cœur effrayé d'Anatolie. Le père avait suivit ses traces jusqu'à la rivière, et allait le chercher dans cet endroit, quitte même à traverser la rivière. Qu'en avait-il à faire, de mourir maintenant, lui? Lui qui ôtait la vie de ses deux enfants? C'était une image sordide. Le corps de la jeune enfant fut violemment projeter dans l'eau, les bras et les cheveux coulant dans les ténèbres oubliés et juste devant les yeux horrifiés, effrayés, traumatisés d'Anatolie. Une main sur sa bouche, l'autre plongée dans l'eau, les lèvres bleus et glacés, il ne ressentait plus le froid mordant, la brûlure cinglante que procurait l'eau glacée. Il entendait les murmures de son père, tous ces mots durs, griffus, et tranchants comme des rasoirs. Si Anatolie était futé, il savait qu'il était encore là, que son père attendait que le sang de l'eau vienne coloré les mains de l'enfant pour le faire sortir, s'enfuir, et lui tirer une balle dans la poitrine, pour que celui-ci achève sa course folle emporté par les flots soudainement enragé par la mort de la jeune enfant. Le père s'assit dit sur la pierre juste en haut d'Anatolie. L'enfant d'ailleurs voyait ses jambes se balancer de là, juste ses jambes. Il chantonnait une comptine, joyeusement. Dans la tête d'Anatolie, c'était confus. Il se disait que même s'il était méchant, même si ce n'était plus le même père, même si déjà de base il était un monstre, il avait juste envie de sortir, de sortir et de le prendre dans ses bras. Chose qu'il ne fit pas. Il se terra un peu plus dans l'eau, contre la pierre tout autant gelée, et attendit plusieurs minutes. Ce ne fut que lorsqu'il comprit qu'il somnolait et s'apprêtait à mourir qu'il se réveilla, faisant éclaboussé l'eau, prévenant le père de sa présence. Ce dernier sauta dans l'eau, éclaboussant d'eau le petit enfant déjà mort de froid, puis l'attrapa vivement par le bras et le tira violemment de là. Il le balança sur la rive, avant d'empoigner fermement son cou, et le presser aussi fort qu'il pouvait. A ce moment là, pour Anatolie, je ne savais pas vraiment s'il pleurait, ou juste s'il se laissait faire, silencieusement. Il n'y avait pas eu de cris de la part de l'enfant, il n'y avait pas eu de coups donnés de sa part aussi, il se laissait faire. Les bêtises, sa sœur et lui le faisaient ensemble. Et pour se faire punir, ils en étaient encore là. Neutre même face à la mort. Hurler le nom de sa sœur? Il ne pouvait pas. Il n'était même pas sûr qu'elle se lèverais pour lui. Mais il était certain qu'elle ne serait plus là. Il ferma les yeux.

    Etrangement, pour lui, personne ne sait comment il a survécu. Après tout, des marques de griffures et de strangulations énormes, ainsi que des bleus, furent retrouvés sur sa peau, sur sa nuque. Il est placé dans un orphelinat, il y présentera de nombreuses marques de grande intelligence, comme s'il avait eu une éducation dans son enfance. Alors qu'en fait, comme il savait lire, il a juste assimiler les choses qu'il y a dans les bouquins plus vite que la plupart des autres enfants de son âge. Il s'est enfermé dans sa bulle, dans sa chambre, et présenta alors de grands intérêts pour l'art, la médecine et la science. Cependant, ses marques sur sa gorge ne s'effacent guère. Et il les cache comme il peut depuis ça. Les personnes qui connaissent son passés le traite de gamin maudit. Ses cheveux et ses yeux se seraient, d'après eux, colorés du propre sang de sa sœur. Tandis que son père, lui, semble avoir commis un autre crime entre temps. Il aurait assassiner de sang froid la famille qui a réduit la sienne à la pauvreté, mais n'aurait épargné qu'un seul membre, un enfant. Personne ne sait qui il est cependant.

    Caractère: Anatolie est d'une nature très calme et réfléchit. Il fait aussi parfois preuve d'une étonnante, mais bien souvent monstrueuse neutralité face à des choses horribles. La mort de quelqu'un l'ennuie, la douleur d'un autre l'intrigue sans plus, et les pleurs d'un troisième l'agacent. Il est souvent froid et sans pitié avec les gens, et est quelque peu rebelle pour défendre ses idées. Il n'aime pas les enfants et à horreur de leurs jeux, de leurs comptines... Bref! Il a horreur de tout ce qui peut se rattacher à l'enfance. Il se considère plutôt comme quelqu'un de réaliste et futuriste. Il aime penser à ce qui va arriver, qui risque d'arriver, ce qui fait de lui quelqu'un de calculateur, de très réfléchit et pragmatique. Et ça fait aussi de lui quelqu'un de maniaque. Il a horreur des erreurs, et peut avoir honte de n'importe quoi si cela est une fautes et que ça vient de lui. Si en revanche cela vient de vous, vous risqueriez une très grande réprimande et des quolibets à gogos de sa part pour vous enfoncer, vous briser d'un coup sec. Même s'il est méchant, il n'utilise pas beaucoup ce procédé. A l'inverse de Lysander et Aiden, Anatolie reste énormément dans sa chambre et dans le manoir pour faire ce qu'il a envie, s'enfermer et éviter le plus possible le contact humain. Cependant, il peut s'attacher à quelqu'un dans le simple but de l'étudier. Et s'il vous a dans sa ligne de mire, bah... Bonne chance. Il vous fera passer plein de psycho-tests. SI vous ne devenez pas fou, vous le haïrez, ce qui est plutôt normal. Seulement lui, il s'en fiche. Il déteste tout le monde, et est toujours grognon. Cependant, vous pouvez très bien le prendre par les sentiments. Anatolie est un maitre fin dans la médecine, et adore les beaux-arts. IL fait de l'aquarelle et des croquis au fusains lorsque l'envie lui prend. Si vous voulez bien commencer avec lui, offrez lui une boite d'aquarelle, des fusains, voir même des pinceaux ou des toiles, il appréciera grandement le geste que vous aurez envers son égard. Cependant, il ne faudra plus vous tromper après cela. Si vous partez sur des sujets qu'ils n'aime pas, vous risquerez de grandes misères. Oh oui, vous n'êtes pas au bout de vous peines avec lui. Car malgré ses faux airs de gamin méchant,  Anatolie est quelqu'un d'extrêmement sensible quand ça le touche personnellement. Il peut se mettre dans une colère énorme, quelqu'un chose d'incroyable, et de mortel, comme des pleurs silencieux, le pire de tous, masqué par un sourire. Celui qui ment, qui ment encore, contre la mort, le temps, les larmes et la confiance. Et lorsqu'il est content, cela se ressent fortement. Il est souriant, certes un peu plus énergique mais toujours autant calme, et a un tempérament un peu plus joueurs et amical. Aussi lorsqu'il aime quelqu'un, ce qui est très rare, il ne le montre pas, mais peut très vite être jaloux. Alors même s'il fait semblant de dire qu'il n'a que très peu besoin de cette personne et qu'elle fait ce qu'elle veut, avec les gens qu'elle veut, Anatolie peut très vite devenir violent, distant, et méchant envers cette personne, se sentant trahi et délaissé. Car oui, lorsqu'il aime quelqu'un, il serait capable de tout faire pur cette personne, quitte à tuer, et à la tuer elle-même pour être sûr qu'elle ne sera à personne d'autre que lui...

    Description physique: Il est de taille normale pour son âge, et sa silhouette ne diffère même pas de la personne qu'il est. Il a un visage strict et sévère, mais adolescent, ce qui le rend encore plus étrange. Un adulte ainsi fait serait normal, pas un adolescent dans la découverte de l'âge. Enfin bref: Il a un teint plutôt pale, et beaucoup disent que c'était parce qu'il ne va que très peu dehors et qu'il ne profit pas assez du soleil. Mais il s'en fiche. Il a de son visage des traits fins, mais sévères et stricts, ce qui le rendent encore un peu plus froid et méchant. Cela se sent aussi et surtout dans ses yeux. Ceux-ci sont vifs, et sombres. Comme sauvages et semblent refléter quelque chose de malsain de lui-même. Aussi, notre regard se base très facilement sur ses yeux d'un rouge vif étonnant. Mais aussi sur ses cheveux longs et tout aussi sanglants. De naissance, il les a eu, et n'aime donc pas ces rumeurs qui court sur lui et le sang de sa sœur. Quel genre de frère selon lui se baignerait dans le vermeil de sa propre sœur? Oui, pour lui c'est un blasphème. Contrairement à Aiden et à Lysander, il fait beaucoup plus adolescent, mais tout de même un peu efféminé. Comme s'il y avait eu un mélange entre les deux. Mais il aime bien son visage, il s'aime bien tout court, comme une personne normal. Non, il n'est pas narcissique. Mais il vaut mieux être sûr de soi et s'apprécier comme on est plutôt que de se haïr. Enfin bref! Il est très habile de ses mains, et ses mieux d'ailleurs. Il porte que des habits noirs, ou monochromes en tout cas, et porte très souvent des gants souvent pleins de peinture et d'encre. Il ne les enlève que lorsqu'il dort, ou n'est avec personne.

    Objets/Marques particulières: Il n'a pas d'objet particuliers, en revanche il cache toujours les marques de strangulations sur son cou et, lorsqu'il se déguise et que vous voulez être sûr de son identité, vous savez quoi trouver pour être sûr que ce soit lui.

    Signes distinctifs: Il a des cheveux rouge et des yeux rouges bien étrange, mais propre à sa personne.

    Uke/Seme: Uke

    Dispose d'un garde-du-corps: Oui/Non (si oui, allez choisir dans les personnages) Bah s'il y en a un qui se dévoue, il veut bien. ._.

    Pouvoir: Il manipule les gens et les objets comme il le souhaite, mais pas de la manière à laquelle vous pensez. Il utilise des liens, soit des chaines, soit des cordes, enfin! comme il veut qui s'enroulent autour de ses victimes et les maitrise comme des marionnettes.

    Image:  


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :